En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.
Toute communication humaine peut être considérée comme de l’hypnose. On peut aisément imaginer que l’hypnose est aussi ancienne que l’humanité.

En Grèce, un contemporain de Socrate, Antiphon d’Athènes, se servait des mots pour guérir.

Plus récemment, en 1766, Franz Anton Mesmer, inspiré par le Dr Paracelse, développe sa théorie du « magnétisme animal ». Mesmer était un homme cultivé, instruit avec beaucoup d’intuition. Sa devise préférée était : « La vérité déroute souvent les intellectuels : elle est simple et puissante, sans autre forme de « pourquoi » ou « comment ». Rien d’autre à comprendre ». Il disait également « la vérité est une ligne tracée entre les erreurs ». Mesmer avait commencé à utiliser des aimants puis il se rendit compte que les aimants n’étaient pas nécessaires et prétendait qu’il existait un fluide qui entoure toute chose et que l’on pouvait s’en servir pour revitaliser les personnes. Il obtenait des résultats incroyables !

Quoique l’on puisse penser de la théorie fluidique, il utilisait également la suggestion. Une des suggestions les plus puissantes d’entre toutes : la suggestion non verbale. Il fut tout à la fois adulé et décrié. Cela n’en reste pas moins un génial précurseur.

Son disciple le plus célèbre était Chastenet de Puységur qui découvrit que l’on pouvait induire une transe somnambulique en magnétisant. On peut citer également l’Abbé de Faria, personnage pittoresque à l’incroyable charisme.

Découvrez la galerie photos

Nos petits plus

  • Ouvert jusqu'à 22h.

 

Aujourd'hui

C°min

C°max